Biographies

Jean Paul Singier


Le président
. Il est le clown : Igor un géant craintif et grognon mais aussi gérant du bar, technicien ou organisateur d’événements à la ferme Théâtre Chapiteau: autant dire que cet homme là n’a pas les deux pieds dans le même sabot. Incollable sur tout le répertoire des musiques de 1970 à 1990, il a monté de nombreux numéros de travestis où la catastrophe n’est pas loin. Espiègle et exigeant il a assisté à de nombreuses représentations du spectacle: »Faut k’ça pousse » et c’est la pertinence de ses observations qui a contribué à l’élaboration du spectacle dans sa version actuelle.



Olivier Guitel 

L’agriclownteur. L’homme multicartes. Il mène de front sa carrière théâtrale et son exploitation céréalière. Directeur artistique de la compagnie, il a longtemps suivi des cours au Théâtre du Mantois et dans d’autres structures avant de découvrir au cours d’un stage le potentiel du clown. Olivier s’est formé à cet art au côté d’Anne Vernet ou encore au théâtre le Samovar. Il a ensuite exploré la dimension psychanalytique du clown avec Manuel Frechin. À présent, il anime à son tour des cours, des stages et crée des spectacles avec ses compères.

Lorsqu’Olivier revêt le nez rouge et se glisse dans la peau de son personnage il devient Raoul Nitrate. Un être appliqué mais maladroit, ce qui le rend quelque peu gueulard. Laborieux mais à la lisière de la stupidité, ce qui le rend despotique sur les bords. Une chose est sûr, Raoul joue… du violon, de la scie musicale, des claquettes, jongle et aime créer de belles images sur scène. En bon agriclownteur, il sème le désordre et fait pousser la bonne humeur pour récolter des rires.

Coralie Delaune

Madame Coco, c’est son clown. Il vient quand il veut. Que dire de son personnage ? Ranger vos étiqueteuses, Coco ne rentre dans aucune case. Parfois calme et sérieuse, parfois bavarde et affable. D’autres fois, elle oublie totalement qu’elle est face à un public : aie aie aie ! Parmi ses activités favorites l’on compte : les déambulations avec Jean-Paul, la guitare, le mélodica, le chant, les percussions, les bisous, le kazou. Car lorsque Coralie n’est pas dans le peau de Madame Coco, c’est une musicienne qui joue et enseigne son art avec la plus grande sagesse. Madame Coco en vidéo ici.


  David Aubert

Le clown de la distorsion. Si, si, c’est son nom de scène : Flop Distorsion. Acteur de formation classique à l’origine, il découvre l’art clownesque grâce à Anne Vernet. David est ensuite formé par Olivier, il est d’ailleurs son partenaire dans de nombreux sketches à la carte. Son domaine de prédilection est le spectacle. Sur scène, il laisse parfois échapper quelques vibrations guitaresques ou encore des volutes d’ondes accordéonniques. Oula ! Un courant inconnu altère et déforme les mots… C’est l’effet Flop Distorsion qui s’empare du clavier. Attention ! Il n’aime pas les enfants, il est maladroit, il ne veut pas parler, ne veut pas répondre au téléphone. Il retient son côté trash sauf quand tout explose… 

Marie-Laure Flament

Pipa SIFLORE.  À la recherche du clown sincère, le véritable, celui qui s’exprime sans entrave. Après 15 ans en tant que comédienne marionnettiste dont 10 au théâtre d’Évreux scène nationale, elle s’initie à l’art d’être clown aux côtés d’Élise Carrière et de Odile Burley. Il y a 2 ans, Marie-Laure décide de suivre Olivier Guitel dans ses élucubrations clownesques : elle devient une grand-mère acariâtre (uniquement dans le spectacle T’as quoi dans l’caillou ?). En temps ordinaire, elle s’intéresse à la méthode Feldenkrais pour son travail sur le mouvement, le corps. Fascinée par l’univers enfantin et les contes, elle pioche dans toutes ses connaissances pour officier dans l’univers étincelant de la Bouillasse.

Camille Pacaud

Le clown acrobate. Comédien, circassien et jongleur depuis 7 ans, c’est dans le registre comique voire burlesque qu’il se sent le plus à l’aise. Alors il a décidé d’exploiter son penchant naturel : école de clown Samovar, école internationale de mime corporel dramatique de Paris, école de théâtre en Bielorussie… Le voilà paré pour exercer dans ce qu’il trouve être la forme d’expression la plus ouverte du théâtre : le clown. Parce qu’Olivier est sympa, parce que leurs visions artistiques s’accordent, il a naturellement intégré la compagnie il y a 5 ans. 



Nadège Parrot

La rêveuse. Son clown aime ce qui est doux les frous frous, le rose et la prose : c’est Pupuce. Ce qui l’inspire ? Raconter des histoires poétiques et décalées en musique. D’ailleurs, elle n’hésite pas à se déguiser en dame poisson rouge pour le faire. Petite, elle avait peur des clowns ! Alors elle a soigné le mal par le mal. Après plusieurs années de pratique du théâtre amateur, Nadège a eu envie de travailler une autre technique de théâtre. C’est ainsi qu’en 2007, elle est entrée dans la compagnie. Sans idées préconçues, elle a découvert le plaisir de jouer avec les costumes, le corps sur scène, la gestion des émotions, le sourire ou le rire des spectateurs… et Pupuce est née.

Ludovic Berger

Le magicien. Fantaisiste, à la fois clown, jongleur et circassien FIGARO est un magicien exceptionnel. Il a écumé pendant plus de 20 ans tous les festivals de rues de France, les bateaux de croisière, les cabarets et les casinos autant dire que c’est un artiste tout terrains. élégant,  volontiers provocateur il use aussi de son talent de bonimenteur comme Monsieur Loyal dans les divers endroits où il se produit.